POUR LES LECTRICES ET LECTEURS DE MON AUTOBIOGAPHIE
(Evit lennerien ha lennerezed ma danevell-vuhez)

STIVELL par (gant) ALAN
_ Une vie, la Bretagne, la musique (Ur Vuhez, Breizh, ar Sonerezh) _


Demat deoc’h, bonjour à vous!

J’ai indiqué, à la fin de mon livre, ce lien qui va me permettre de compléter certains propos.
Je remercie mon fils ainé d’avoir pu remettre en marche mon site qui était en stand-by. 
J’ai commencé à alimenter cette page, après avoir laissé le temps aux premières lectrices et premiers lecteurs d’avoir pris connaissance du principal : mon autobiographie elle-même.                                                                                                                                 Après mes Errata et précisions, vous pourrez lire mes compléments culturels, lesquels pourront s’étoffer. J’intègrerai  peut-être quelques compléments autobiographiques, mais je garderai quand même un peu de temps aussi pour …la musique!

Précisions (Resisadennoù)

D’abord des précisions et (déjà forcément) de légères corrections que j’ai donnée dès la sortie de la première impression le 29 septembre dernier. Les deuxième et troisième impressions sont maintenant déjà parues. Je serais étonné de ne pas encore en trouver à donner au bout de vingt rééditions… Pour celles et ceux qui ont la toute première version, je vous rassure, rien de trop grave. 

Comme partout, bien difficile de ne pas trouver ici et là quelque chose qui pouvait encore être éclairci. Je n’ai pas vu d’erreurs dramatiques, mais sur une quantité d’infos, des centaines de relectures n’ont pas suffi à les repérer.

Pour celles et ceux qui ont la toute première version, je vous rassure, rien de trop grave.  Voici donc des errata que j’ai pu corriger par la suite.

p16, j’ai, par erreur, indiqué Saint François Xavier de Vannes avant Sainte Anne d’Auray.
J’ai des « excuses » : j’ai pu réaliser très récemment que le Concordat avait
retiré à l’évêché la possession du séminaire. D’abord en classe à Sainte Anne,
les élèves ont dû s’exiler à Vannes. Mais mon père et ses condisciples se sont toujours considérés comme le groupe
des élèves de Sainte Anne. L’ancien maire de Ploërdut, Ewan Guillou m’avait offert une photo de la
classe de philo des anciens de Sainte Anne (dont son père et le mien) sans
évoquer Saint François Xavier. De quoi se tromper dans l’histoire du début du siècle dernier.
Dans la même page, pour préciser le lieu, la guerre finie, mon père rejoint la Pologne.

p17, j’aurais aimé nommer mes neveux et nièces Gilles, Gwenaëlle, Armelle, Gaela,
Rozenn, Gurvan, leurs conjoints et enfants.

p18, je parle de nationalismes exacerbés, on comprendra que je mets en cause
les nationalismes d’état.

p19, erreur de légende : mon frère Yves-Iffig, présent sur d’autres photos, n’est
pas sur celle-ci.

p20, ici aussi, la place manquante a occulté ma regrettée cousine Janine
Poulichet dite Nouche, fille de Alexis-Joseph Kergaravat (ancien maire de Gourin). J’aurais aussi aimé
préciser les noms de famille de Maryvonne Poulichet et Jean-Claude Chidiac,
descendant d’une grand tante Maria Cochevelou.
Le livre était déjà en fabrication quand j’ai eu la joie de rencontrer pour la
première fois (pourtant présent à l’enterrement de mon père) mon proche
cousin (issu de cousin germain) Lucien Loriquet, ainsi que son fils Patrick et
leurs compagnes.

P25, ..pour défendre l’agriculture bretonne : j’ajouterais qu’il s’agit d’une agriculture posant question, il est vrai.

p33, Jorj Belz m’a précisé depuis que l’Institution Jehanne d’Arc et les Sœurs du château étaient un seul et même établissement.

P40, dernière légende : ce n’est pas 1961, mais 1957, indiqué sur un dessin lui-même…

p44, dernière légende, la photo est prise devant notre appartement de l’époque,
3 rue de la Mare, Paris.

p65, 1ère légende : lire Steve Waring

p71, « Tri martolod yaouank ». « Tri martolod » tout court étant ma version.
Et, pour « Son ar chistr », j’ai découvert, bien après (encore grâce à Jorj
Belz) que seules les paroles dataient certainement des années 20. Il
semblerait que la musique avait déjà cours.

p72, il faut lire / de la Tour Montparnasse/ et non / de la nouvelle gare Montparnasse/.

p74, je parle d’une influence « country, » le terme est finalement moins approprié que simplement « folk américain ».

p88, légende: vraie date = 24 avril 1970

p125, légende pour Legend, oubliée la précision : Nouvelle pochette de Gwenvael Cochevelou

p131, j’évoque le travail de Christian Noaille. Il serait juste d’y associer celui d’Andrée Lebrun (voire Danièle Feuillerat).

p134, évoquant mes musiciens, j’ai ici malencontreusement oublié le talentueux
et fidèle Gaëtan Grandjean. Je le cite rapidement plus loin.

p136, serait intéressant de préciser que mon passage aux Trans Musicales eut lieu en 1995.

p138, légende, je suppose que vous avez compris qu’il s’agit de l’Avant-concert…

P146, fin du 1er par., ajouter : Ne pas oublier « Té » que j’ai écrit pour ma compagne.

p154, 2ème colonne, fin de 1er par. j’aurais dû ajouter : Et « MJ a garan », nouvelle version de ce chant d’amour (après Terre des Vivants).
Le nom de mon attaché de presse Thierry Wendl a été écorché.
Et 1ère légende, Andrea Corr avec moi : ce fut au printemps 2017

p167, quand le livre était à l’imprimerie, je croyais que la sortie du double album était sur les rails.
J’ai compris seulement après que l’accord de l’ONB était suspendu.
Je garde toutefois encore l’espoir d’un accord et d’offrir au public ce travail véritablement pharaonique : c’est, de mon point de vue,  l’un de mes meilleurs albums .

p171, remerciements, j’aimerais ajouter Claude Briand-Picard. J’ajouterai ici, peu à peu, d’éventuels autres « oubliés